Victoire :) Des menus végétariens à la cantine pour tous !

Cher-ère-s militant-e-s,

 

Hier soir, l'Assemblée Nationale a voté le projet de Loi Alimentation ! Dedans ? pas grand chose.... si ce n'est le retour d'un amendement inattendu qui est finalement passé : une expériementation de 2 ans dans laquelle toutes les cantines d'école primaire devront servir, d'ici un an, au moins 1 menu végétarien par semaine !

C'est une belle victoire, à laquelle vous avez largement contribué en faisant monter le sujet localement et grace au fort lobbying citoyen de ce début d'année. Un pas énorme pour notre campagne !

Toutefois, c'est encore à titre expériemental, il nous faut poursuivre notre travail pour garantir que les villes appliquent réellement la loi et avec des produits de qualité pour que ce 1er essai soit confirmé en 2020. De plus, plusieurs villes proposent déjà chaque semaine des menus végétariens et les ville de Lille et Grenoble nous ont prouvé cette année que ces pionnières peuvent aller jusqu'à 2 menus végé par semaine.

Nous attendons également de voir comment cette Loi sera traduite en décret afin de s'assurer qu'elle ne soit pas réduit à son minimum dans ses modalités d'application.

La campagne continue donc, mais pour l'instant, l'heure est à la célébration :) Bravo à tou-te-s et surtout MERCI pour votre mobilisation ! En moins d'un an, nos actions ont contribué à l'avancé d'un mouvement qui n'est pas prêt de s'arrêter !!

Voici ci-dessous le communiqué de presse que nous avons envoyé hier soir et voici également un lien vers un dépliant que nous avons créé avec l'Association Végétarienne de France : https://www.vegetarisme.fr/communiques/victoire-cantines-veges/

PJL EGALIM : Introduction de repas végétariens à la cantine, l’une des seules mesures intéressantes d’un projet de loi médiocre

 

Paris, le 02 octobre 2018

La montagne a finalement accouché d’une souris. L’adoption cet après-midi du projet de loi agriculture et alimentation par l’Assemblée nationale est à l’image de l’ensemble de ce processus. Plein d’ambition au départ, avec la volonté affichée de transformer l’agriculture française, son vote définitif s’est fait sans éclat, décevant particulièrement les premières personnes concernées, les agriculteurs et agricultrices.

L’une des seule mesure à retenir, parmi quelques autres améliorations, est l’adoption d’un repas végétarien par semaine dans les cantines scolaires, à titre expérimental pendant deux ans. Au bout de ces deux ans, une étude sera menée afin de déterminer si cette mesure aura permis de réduire les coûts, le gaspillage alimentaire… (ce qui est le cas dans les villes qui ont déjà mis en place des menus végétariens hebdomadaires). 20% des produits devront également être issus de l’agriculture biologique.

« Afin d'être un atout pour les éleveurs français vertueux, il est essentiel que cette réduction des quantités de viande se fasse au profit de plus de qualité (viande issue d'élevages écologiques, produite localement, etc), rappelle Laure Ducos, chargée de campagne agriculture chez Greenpeace France. L’enjeu sera également de s’assurer que les villes appliquent la loi et que les repas végétariens sont correctement cuisinés, pour qu’ils soient savoureux et qu’ils apportent tous les nutriments nécessaires aux enfants ».

Concernant le reste du projet de loi, Greenpeace affiche une réelle déception. Pas d'inscription de l’interdiction du glyphosate dans la loi, pas d'obligation de la protection des riverains des pesticides, presqu’aucune avancée en matière d’étiquetage, interdiction des élevages en cage seulement pour les bâtiments nouveaux ou en transformation, pas d'obligation concernant la prise en compte des coûts de production en matière de rémunération agriculteurs…. « Ce projet de loi est un rendez-vous manqué qui ne permettra ni de rééquilibrer le rapport de force entre les agriculteurs et la grande distribution ni de sortir d’un modèle d’agriculture intensif et destructeur », conclut Laure Ducos.