Action Greenpeace: Un drone Superman se crashe sur une centrale nucléaire française

Un drone Superman se crashe sur une centrale nucléaire française

Ce matin, un drone transformé en Superman et piloté par des militant-e-s de Greenpeace France a survolé la centrale nucléaire du Bugey, à 25 kilomètres de Lyon et s’est écrasé contre le mur de la piscine d’entreposage de combustible usé de l’un des réacteurs.

« Cette action est hautement symbolique : elle montre que les piscines d’entreposage de combustible usé sont très facilement accessibles, cette fois-ci par voie aérienne, et donc éminemment vulnérables face au risque d’attaques extérieures », explique Eloi Glorieux, expert nucléaire chez Greenpeace Belgique.

Retrouvez une vidéo et des images de l’action via ce lien.

Les piscines d’entreposage de combustible usé sont les bâtiments qui contiennent le plus de radioactivité dans une centrale nucléaire. Pourtant aucune mesure de sécurité suffisante n’est prise pour les défendre d’actes malveillants.

Photos et vidéo sont disponibles à cette adresse : https://media.greenpeace.fr/299

 

« Et si ce n’était pas un drone déguisé en Superman et piloté par des militants non violents ? EDF et Engie-Electrabel veulent faire croire que leurs installations résisteraient à une chute d’avion de type gros porteur. En réalité, il n’en est rien ! Tout simplement parce que ces bâtiments ont été conçus dans les années 70, et qu'à l'époque de leur construction, la menace extérieure n'a pas été prise en compte et les piscines n'ont pas été dotées d'une enceinte de confinement robuste », souligne Eloi Glorieux.

Selon l’expert de Greenpeace, « seule une protection passive efficace des centrales nucléaires et donc la bunkerisation des piscines d’entreposage de combustible usé, permettra de sécuriser ces installations. EDF en France tout comme Engie-Electrabel en Belgique doivent cesser d’ignorer nos alertes et effectuer les travaux indispensables à la sécurisation de leurs centrales »

 

Débat en Belgique la semaine prochaine
Le 10 juillet, la Sous-commission nucléaire du parlement fédéral belge reprendra le débat sur la sécurité des centrales nucléaires engendré par le rapport de Greenpeace publié en octobre dernier. [1] Des auditions à huis clos ont eu lieu le mois dernier. Cette fois, le ministre compétent, M. Jambon, sera présent.

« Des décisions fortes de protection des installations actuelles, et certainement des piscines d’entreposage de combustible usagé, doivent être prises », insiste Eloi Glorieux. « Et il faut maintenant rapidement sortir du nucléaire. Nous pouvons nous passer de cette source d’énergie, qui en outre met en péril la sécurité de la population. »